Philemon-vieux-de-la-vieille-2

Date de parution : 7 novembre 2019

Auteur : Lucien Descaves
Editeur : Cahiers libres La découverte

Présentation

Publié pour la première fois en 1913, Philémon, Vieux de la Vieille est un livre aussi insolite que précieux. Et résolument hybride, conformément à la volonté de son auteur, Lucien Descaves. 

Se parant d'atours romanesques, Philémon se révèle en effet un authentique livre d'histoire, dans l'acception la plus exigeante du terme. Durant une décennie, Descaves a minutieusement compulsé les documents de toutes natures (archives, manuscrits, correspondances, journaux) mais, surtout, interrogé patiemment les survivants de la Commune, préférant à la froideur du papier la chaleur du témoignage oral.
Sensible et loyal, Descaves a tenu à rendre hommage à ces hommes et femmes qui ont vu et fait la dernière des révolutions françaises et dans l'intimité desquels il a vécu. Il en résulte une œuvre vivante sur leurs années d'exil et leur difficile retour, où percent la tendresse et l'affection de l'auteur, où affleure en maints endroits une émotion à la fois sobre et juste. Nul mieux que lui n'a su restituer plus fidèlement ce que fut un communard, figure éminemment attachante et bien différente de la caricature anachronique peuplant notre imaginaire collectif.
Rares sont les ouvrages qui allient l'exactitude historique à l'agrément que procure la lecture d'un bon roman. Assurément, Philémon est de ceux-là.

Ligne-web

Le-Pere-Brafort

Date de parution : 10 octobre 2019

Auteur : André Léo
Editeur : Presses Universitaires Rennes

Présentation

Qui est donc Jean-Baptiste Brafort, ce consciencieux chef de gare que le narrateur du roman rencontre sous le second Empire ? D'une plume mordante, André Léo (nom de plume de Léodile Champseix, 1824-1900) raconte les aventures de Brafort, né en 1800 et mort en 1872, retraçant de manière vivante le panorama d'un siècle marqué par les aspirations démocratiques et la lutte des classes.

Cette première édition du feuilleton Le Père Brafort (publié par le Siècle de novembre 1872 à février 1873) nous fait découvrir un roman de moeurs politique, socialiste et féministe, l'un des rares textes littéraires traitant de deux insurrections largement oubliées : celles de juin 1832 et juin 1848. Ecrit dans une période de frémissement révolutionnaire, publié avec la volonté de porter un message d'espoir malgré l'écrasement de la Commune, ce récit continue aujourd'hui d'interpeller les lecteurs sur bien des enjeux actuels, en les invitant à "voir les choses autrement qu'avec l'oeil de l'habitude".

Prix public : 30 Euros

L'introduction du livre :

Ligne-web

LMAMF

Date de parution : 3ème trimestre 2019

Ligne-web

Louises-les-femmes-de-la-commune

Date de parution : 21 mars 2019

Auteur : Eloi Valat
Editeur : Bleu autour, St-Pourçain-sur-Sioule

Louises, les femmes de la Commune

Brillamment préfacé par la jeune universitaire Sarah Al-Matary, ce nouvel (et sublime) album d'Eloi Valat vient à point nommé rappeler que la problématique féministe a reçu toute son impulsion critique au cours des 72 journées "immortelles" de la Commune de Paris de 1871...

Cet album qui rend hommage aux Louises, citoyennes de la Commune qui ont voulu "considérer les douleurs générales de l'humanité comme rentrant dans la cause commune des déshérités" (Louise Michel) est à la fois un magnifique documentaire historique et un poème élégiaque.

(Lu sur Mediapart)

Ligne-web

Livre-DVD-Mutins-Pange

1 Livre- 3 DVD (240 pages - 7 heures de vidéos)

Parution : Novembre 2018

La Commune

La coopérative des Mutins de Pangée ressuscite l'histoire de la Commune de Paris à travers une série de treize entretiens de l'historien Henri Guillemin filmés en 1971.

Un coffret de 3 DVD complété d'un livre du même auteur : Réflexions sur la Commune.

Indispensable pour comprendre l’Histoire de France peu enseignée et plus que jamais utile pour comprendre la France d’aujourd’hui.

Filmé dans la sobriété monacale d’un studio de la Télévision Suisse Romande, l’historien-conteur Henri Guillemin livre une analyse approfondie de l’événement politique majeur du XIXè siècle : la Commune de Paris.

Avec la précision d’un horloger helvète, Henri Guillemin décortique la trahison des élites, la bassesse des bien-pensants, la servilité des "honnêtes gens", la veulerie des dominants tout autant que les raisons qui entraînèrent le Peuple de Paris à la faillite.

Ligne-web

Dans-lombre-du-brasier

Date de parution : Janvier 2019

Auteur : Hervé Le Corre 
Éditeur : Payot et Rivages

Résumé

La "semaine sanglante" de la Commune de Paris voit culminer la sauvagerie des affrontements entre Communards et Versaillais. Au milieu des obus et du chaos, alors que tout l'Ouest parisien est un champ de ruines, un photographe fasciné par la souffrance des jeunes femmes prend des photos "suggestives" afin de les vendre à une clientèle particulière. La fille d"un couple disparaît un jour de marché. Une course contre la montre s'engage pour la retrouver.

Dans l'esprit de "L'Homme aux lèvres de saphir" (dont on retrouve l'un des personnages), Hervé Le Corre narre l'odyssée tragique des Communards en y mêlant une enquête criminelle haletante.

Ligne-web

72-immortelles-volume2

Date de parution : 1 novembre 2018

Auteur : Jean A. Chérasse
Editeur : Editions du Croquant

Présentation

Suite du volume 1. Faire l’analyse objective et aussi de comprendre la signification du message de la Commune : c’est le but de ce second livre.
La Commune, c’est d’abord pour la première fois dans l’histoire de France, une assemblée élue avec environ un tiers de prolétaires ; elle n’a pas de chef mais un pouvoir collectif horizontal qui va administrer Paris par des mandataires révocables travaillant dans des Commissions faisant fonction de ministères, qui seront en permanence saisies par des projets venant des citoyens. Elle assumera en même temps, le législatif et l’exécutif.
Cette «belle équipe» libertaire qui est un amalgame de travailleurs manuels et intellectuels, a imaginé en deux mois tout ce que la République française a mis environ un siècle et demi à réaliser effectivement mais ce phalanstère anarchisant a vu son grand rêve de régénération de la société fracassé par les mercenaires de la bourgeoisie, arc-boutée sur ses privilèges.

Aujourd’hui où les successeurs des Versaillais se donnent bonne conscience en réhabilitant formellement les Communeux, les étoiles rouges de l’émancipation et de la révolte, allumées en 1871, brillent un peu partout dans le monde, que ce soit avec le communalisme libertaire de Murray Bookchin, avec les Colibris, avec le Rojava kurde ou avec le grand mouvement des «Communs» :  le «temps des cerises» n’est plus seulement le temps de la nostalgie, il est devenu le temps d’une nouvelle problématique révolutionnaire.

Prix : 20,00 €

      

72-immortelles

Date de parution : 15 mars 2018

Auteur : Jean A. Chérasse
Editeur : Editions du Croquant

Présentation

Le présent volume propose un éphéméride de la vie parisienne, du 18 mars au 28 mai 1871, fruit d’un travail heuristique tous azimuts sur les archives écrites ainsi que toutes les traces accessibles (météo, témoignages publics et privés, favorables ou haineux, journaux ou notes familiales, prix des denrées alimentaires, cours de bourse, poésies et chansons, rengaines et comptines, graffitis, photos, dessins)… le tout étant coloré par des pépites vraisemblables trouvées dans la fiction d’inspiration communeuse.

Un autre volume, intitulé « l’ordre libertaire » tentera de décoder, d’analyser et de commenter cet éphéméride ainsi que le messianisme communeux. Car cette révolution pacifique est une « illumination » pour le désir d’émancipation des opprimés, des exploités et des exclus du monde entier, pour tous ceux qui rêvent d’une société fraternelle.

Jean A. Chérasse, cinéaste documentariste, agrégé d’histoire, titulaire du blog « Vingtras » sur Mediapart.

Prix : 24,00€

Ligne-web

ni-dieu-ni-maitre

Date de parution : Février 2014 - BD

Auteurs : Maximilien Le Roy et Loïc Locatelli Kournwsky

Résumé 

En 1877, Aurelien Marcadet jeune journaliste de son état souhaite écrire un long article sur une figure de la lutte contre toute forme d’oppression : Auguste Blanqui. Pour cela il amadoue ce libertaire au sein de sa prison. Il lui livrera ainsi la biographie de ses premières révoltes, ses combats, ses idées. 43 ans de prison n’ont pas réussi à faire taire ce chantre de la liberté. « J’avais 17 ans lorsque j’ai appris à haïr cette société… »

Le résumé de l’histoire est simple : l’interview est un prétexte pour revenir sur la vie de cette figure emblématique de révolte permanente contre les pouvoirs. A coup de flash-backs et de retours à la réalité, Maximilien Le Roy rend hommage à la vie de lutte de cet insoumis. Ce livre est une mine. Le 19eme siècle politique français se déroule devant vous sur 200 pages. Au cours de ce siècle de soubresauts de la révolution de juillet à la commune de 1870, en passant par la révolution de 1848, A. Blanqui est toujours présent ou, tout au moins, ses idées. L’individu fait si peur qu’Adolphe Thiers en 1871, lors de la Commune, refusera même de l’échanger contre 74 otages : « le lâcher, c’est vous envoyer une force égale à un corps d’armée ». 

Ligne-web

BD-Damnés

Date de parution : 08/11/2017

Résumé

Parti à la recherche de Lavalette, le narrateur rencontre Victorine, dont le témoignage bouleversant l’accompagne dans sa quête. Tandis que sa ville se charge peu à peu d’histoires, il découvre les années de tourments qui ont conduit à la révolution de 1871. 

Témoignage exceptionnel sur la Commune de Paris, ce roman graphique, réalisé à base de gravures du XIXème siècle, présente la manière dont l’époque se voyait elle-même.

Ligne-web

Le sang des cerises de Bourgeon

Date de parution : 02/11/2017

L’année 2018 sera marquée par la parution du huitième tome des Passagers du vent : Le Sang des cerises, prévu en deux épisodes. Une prépublication trimestrielle en noir et blanc, en quatre journaux, précède l’évènement.

Paris, 16 février 1885. On enterre Jules Vallès, tout juste cinq ans après l’amnistie des communards et le retour des exilés. Zabo est là, au milieu de la foule immense. Alors que nous l’avions quitté vingt ans plus tôt, en Louisiane, elle répond aujourd’hui au prénom de Clara. Quand elle voit une jeune fille, fraîchement débarquée de sa Bretagne natale, se faire maltraiter, Zabo réagit ...

PassagersDuVentT8-LeSangDesCerises

L-enterrement-de-Jules-Valles

Ligne-web

Comme une riviere

« Personne ne se souvient de leurs noms, mais je vais vous dire un ou deux mots de cette passementière qui toute sa courte vie souffrit tellement des dents, de ce marchand de produits chimiques de Saint-Paul que seules de grandes quantités de vin rouge consolaient, de ce menuisier qui sculptait de petits jouets en bois pour l’enfant qu’il attendait, de ce cordonnier qui se souvenait de ce geste touchant, sa femme relevant ses cheveux, elle était morte pendant le siège, de cette tourneuse qui aurait voulu être institutrice, de cette brocheuse qui avait un carnet dans lequel elle notait ce qu’elle faisait ou pensait...» Une petite foule de personnages, Marthe, Paul, Maria, Floriss... vivent, aiment, espèrent, travaillent, écrivent, se battent, enfermés dans Paris, pendant les soixante-douze jours qu’a duré la Commune. Comme une rivière bleue est leur histoire, vécue nuit et jour, à travers les fêtes, les concerts, les débats fiévreux, à l’Hôtel de Ville, à la barrière d’Enfer, au Château-d’Eau, sur les fortifications, dans ce Paris de 1871 qui est encore le nôtre. À l'aide de journaux inconnus, de l’état civil et de ses failles, de livres de témoins, le roman de Michèle Audin nous entraîne dans la ville assiégée, derrière quelques-uns des obscurs qui fabriquent cette «révolution qui passe tranquille et belle comme une rivière bleue ».

Une petite foule de personnages, Marthe, Paul, Maria, Floriss... vivent, aiment, espèrent, travaillent, écrivent, se battent, enfermés dans Paris, pendant les soixante-douze jours qu’a duré la Commune. Comme une rivière bleue est leur histoire.

Ligne-web

BD-Graines

La vie de la Brestoise Nathalie Le Mel est tout simplement extraordinaire. Au XIXe siècle, elle traverse les différentes luttes sociales des années 1860 à 1890 en prenant une part très active notamment dans la Commune de Paris et l’émergence du mouvement féministe.

La BD que lui consacrent Laetitia Rouxel et Roland Michon aux éditions Locus Solus, a l’immense mérite de mettre en lumière cette Bretonne oubliée des manuels d’histoire et dont plus personne n’évoquait la mémoire.
(à part les amis du Trégor dès 2011 - voir Archives 2011).

Prix : 20.00 €

Présentation

Dans le débit de boisson tenu par sa mère, la jeune fille a tout le loisir d’observer les manifestations des ouvriers de l’arsenal et la misère qui règne alors dans les campagnes bretonnes. En arrivant sur Paris, elle découvre cette fois la terrible condition féminine dans les ateliers de la capitale. Commence alors un engagement sans faille du côté des plus pauvres, des femmes et des ouvriers en lutte pour de meilleures conditions de vie en cette période de révolution industrielle. Mais c’est surtout lors de la Commune de Paris que le destin de Nathalie Le Mel va basculer, prise dans l’engrenage révolutionnaire en suivant les pas de Louise Michel et autres grands acteurs de cette révolte comme Eugène Varlin. Faite prisonnière, exilée en Nouvelle-Calédonie elle sera la compagne de route de Louise Michel, l’emblème absolu de la Commune.

Cette biographie brillante est en outre enrichie d’un matériel iconographique sur la Commune de Paris de grande qualité qui transforme cette BD en un indispensable livre d’histoire.

Ligne-web

la_traversee

Présentation

« Lorsque les premiers déportés sont descendus, ils ont crié : “Vive la France !” et la foule a répondu par les cris de : “Vive la France ! Vive la République !” Ces cris se sont reproduits à différentes reprises. Dans la journée, un seul cri de “Vive la Commune !” a été poussé par un marin de Port-Vendres qui est connu et aura probablement à en répondre. » (Le Journal des Débats, 3 septembre 1879)
Le 1er septembre 1879 arrive à Port-Vendres, Pyrénées-Orientales, un ancien navire militaire de transports de chevaux, reconverti et employé depuis une dizaine d’années à la déportation de condamnés : le Var. C’est un trois-mâts de 1900 m2 de voilure, doublés d’un puissant moteur actionnant une hélice à deux ailes doubles de quatre mètres.
à son bord, 410 communards, qui après un exil en Nouvelle-Calédonie de six ou sept ans pour la plupart ont obtenu du gouvernement de la République l’amnistie ; ce 1er septembre ils touchent le sol français après un voyage en mer de dix semaines depuis Nouméa.

Gérard Hamon fait le pari de reconstituer le journal de bord de *** ***, l’un de ces 410 communards ramenés par le Var à l’été 1879. Autour de lui dans l’un des deux faux-ponts du navire, Augustin Nicolle, Prosper Quiniou, Marc Gonthier et Paul Chibout, quatre communards réels et inconnus sur lesquels l’auteur a accumulé une documentation patiente et passionnante, impressionnante de précision et de détails.
Pont du navire, et cellules, côtes somaliennes entre-aperçues, port de Suez – ou souvenirs des rues de Paris sous le feu, huit ans plutôt… Ce livre nous embarque dans un voyage long et lent, propice à la réflexion et à l’observation – ou au souvenir –, sous une chaleur souvent étouffante. C’est un voyage de libération et d’amnistie. C’est un voyage en direction de la France.

Ligne-web

Livre-CDP-Parisiens

Livre-CDP-Parisiens-Verso

Date de parution : 22 janvier 2009

Ligne-web

La-Commune-de-Narbonne

Date de parution : 1996

Auteur : Marc CESAR
Edition : PUP
   
   
Si la Commune de Paris est un épisode très largement connu, on oublie trop souvent qu'en 1871, la capitale ne fut pas seule à connaître une révolution. 

Lyon, Marseille, Narbonne surtout, ainsi que Toulouse, Saint-Etienne, Le Creusot ou Limoges proclamèrent elles aussi la Commune. ...